top of page

Le Chemin de Gloria : Entre Combat, Amour Filial et Quête d'Émancipation

par Sr. Marie Sosthène Sévérine AKAKP



Gloria provient d’une famille et est l’aînée de plusieurs frères et sœurs. Elle commence l’internat en 2014, en classe de sixième chez les sœurs de la Providence Saint Gaëtan, qui font partie du réseau Afrique contre la violence et la discrimination envers les femmes de l’Observatoire Mondial des Femmes. Voyant la situation familiale qui ne lui permettrait pas de poursuivre ses études, les sœurs l’ont prise en charge. En classe de troisième, après avoir obtenu son diplôme de BEPC, elle fut promise en mariage par son père, malgré elle. Signalons que son père est de nature violent, alcoolique, quelques fois malhonnête et négligeant envers sa femme et ses enfants. Par la lutte pacifique entre les sœurs et le papa de Gloria, l’accompagnement régulier avec cette dernière, les sœurs ont découvert les raisons de son désir d’abandonner les études. Car par ses propos, les sœurs ont compris qu’elle aimerait ce mariage par amour pour son père, qu’elle aime tant malgré son caractère violent et son refus de laisser Gloria continuer l’école. Tout doucement, Gloria a repris confiance en elle, en continuant les études. Elle-même témoigne en disant : « je suis ici à l’internat soit en disant que je vais à l’école pour mon épanouissement et avoir un avenir meilleur. Et c’est ma petite sœur qui me nourrit, qui fait tout pour moi, parce qu’elle s’est déjà mariée. Elle a le champ et son mari s’occupe bien d’elle. Et moi qui suis la grande sœur, je suis à sa charge. » Cette idée de mariage grandit plus en plus en elle et l’empêche même d’étudier. Pour elle et selon la mentalité de la plupart des jeunes filles de son milieu, c’est par le mariage qu’une femme peut devenir heureuse. C’est ainsi, qu’arrivée en classe de terminal D, elle décide de ne plus continuer l’école. Mais l’accompagnement individuel de Gloria n’a pas été facile à cause de cette conviction. Pour cela, elle était invitée à passer quelques jours de ses congés ou vacances en communauté avec les sœurs; afin d’éviter qu’elle rencontre celui à qui elle a été promise.


Les sœurs ont une grande et particulière attention envers Gloria, afin qu’elle puisse avoir le niveau BAC; en vue d’une formation professionnelle et être autonome. De nos jours Gloria poursuit ses études sous le regard maternel des sœurs et a pu se présenter aux épreuves du baccalauréat cette année. Les sœurs prient jour et nuit pour sa réussite. Notons qu’elle est la première fille de son village à avoir le niveau BAC.



Présentation géographique


Kandi est une ville situé au nord du Bénin, dans le département de l’Alibori. Elle est limitée au Nord par Malanville (105 km), au Sud par Gogonou (35 km), à l’Est par Segbana (100 km) et à l’Ouest par Banikoura (70 km). C’est une ville de croisement de peuple venant du Burkina, du Niger, du Togo, du Nigeria. L’activité principale est l’élevage, l’agriculture et le commerce. Les villages sont majoritairement pauvres en infrastructures.



La mission des Sœurs de la Providence à Kandi


L’Institut Sœurs de la Providence de Saint Gaëtan Thiene fondé à Udine, par le père Saint Louis SCROSOPPI le 1er février 1837 œuvre depuis son humble origine, dans le domaine de la santé et de l’éducation. Présente dans le diocèse de Kandi en 2005, les sœurs luttent en faveur des jeunes filles en situation difficile et de la femme en détresse. Pour cette cause, un centre d’alphabétisation et un internat ont vu le jour. Des filles venant des villages lointains de Kandi trouvent un cadre propice pour leur étude. Chaque année, nous accueillons un effectif de 30 à 35 filles. Elles sont suivies à tous les niveaux, tels que :


  • L’accompagnement scolaire (il est difficile pour une fille d’évoluer normalement scolaire, car très tôt elles sont promises au mariage).

  • L’accompagnement social (prise en charge de certaines filles dont les parents ne disposent pas suffisamment de moyen pour leur étude).

  • Prise en charge alimentaire.

  • Soin au niveau de la santé.

  • Accompagnement de leur respectif parent.


Elles sont entretenues sur les différents thèmes d’actualités, par des causeries et débats à savoir :


  • L’importance de l’école dans la vie de la jeune fille.

  • La dépigmentation et ses conséquences.

  • Le mariage précoce.

  • Le savoir vivre et le savoir être.


Les sœurs sont présentes dans les villages aux côtés des parents les motivant à la scolarisation de la jeune fille. Ce qui implique un investissement dans le suivi scolaire. En effet, les filles arrivent à l’internat sans les documents nécessaire pour leurs études. Ce qui revient souvent à la charge des sœurs, à ne citer que cela.


Comments


  • Instagram
  • Facebook
bottom of page